A. −
1. ARCHIT., cour. Partie supérieure d'un bâtiment ou d'une construction servant de couverture contre les intempéries, formée de matériaux divers reposant sur une armature ou une charpente et présentant le plus souvent une surface inclinée. Tout homme a son lieu naturel (...). Le mien, c'est un sixième étage parisien avec vue sur les toits (SartreMots, 1964, p. 47).V. calme2ex. 2, chaume ex. 5, couvrir ex. 6:
[Angélo] déambulait sur les toits exactement comme sur terre ferme (...). Le clocher, la rotonde, les petits murs, l'ondulation des toits n'étaient autour de lui que comme les arbres, les bosquets, les haies et les monticules d'une terre nouvelle; l'ouverture sombre des cours intérieures étaient comme de simples flaques dont il fallait se détourner... GionoHussard, 1951, p. 135.
SYNT. Toit bleu, gris, rouge; toit crevé, effondré; toit plat, pointu; vieux toit; toit de lauze, de paille, de tôle ondulée, de zinc; toit d'un atelier, d'un château, d'une chaumière, d'une église; angle, bord, charpente, corniche, crête, faîte, gouttière, latte, pente, poutre, rebord, versant du toit; monter, se promener sur les toits; tomber du toit; nicher, percher sur les toits.
− P. métaph. J'ai la beauté facile et c'est heureux. Je glisse sur le toit des vents Je glisse sur le toit des mers Je suis devenue sentimentale (ÉluardCapitale douleur, 1926, p. 17).V. colombe ex. 1.
− P. méton. La couverture elle-même et son support. Toit d'ardoises. Les toits de tuile, dont la charpente s'était effondrée par endroits sous la pesée du temps, se serraient autour du clocher, comme un troupeau surpris par la tourmente (MosellyTerres lorr., 1907, p. 34).
− Toit à/en + subst.Toit en coupole, en dôme, en voûte; toit à deux pans. [Le moulin à vent] devint un véritable édicule surmonté d'un toit à quatre grands pans.

DSC05357

DSC05358

DSC05359

DSC05360

DSC05361