Saint Amadour 


sanctuaire de Saint Amadour

 

 

Rocamadour 2017 - Album photos - Les Photos de Barbenoire

Rocamadour 2017 : Toutes les photos Rocamadour 2017 - Les Photos de Barbenoire : vangile de Jésus Christ selon saint Luc (19, 1-10) Jésus traversait...

http://barbenoirephotos.canalblog.com

 

[...]Il aurait débarqué en Gaule avec LazareMarthe et Marie. Il les quitta pour chercher une solitude qu'il trouva au pied d'un rocher escarpé devenu Roc'Amadour. La petite statuette de la Vierge Marie que lui avait façonnée Zachée devint l'objet d'un culte marial qui ne se dément pas. Roc-Amadour l'un des pèlerinages les plus fréquentés depuis des siècles et l'est maintenant encore.


"Au cours du XIIe siècle, les bénédictins de Tulle reprirent en main l'oratoire marial de Rocamadour. Des pèlerins se firent si nombreux qu'un moine lettré fut dépêché pour noter les témoignages de miracles. En 1159, le roi anglais Henri II Plantagenêt vint une première fois. En 1166, un habitant demande à être enterré à l'entrée de la chapelle, comme cela se faisait partout à proximité du lieu sacré. En creusant, un corps intact est découvert. Ce fut surprenant, inattendu, car une telle relique aurait été sortie plus tôt pour attirer du monde. Mais quel est-il? Saint, car son corps était miraculeusement conservé, Amadour (du latin Amator, oris) car amoureux de Notre Dame de par son lieu d'inhumation. Le texte fut rédigé par Robert de Thorigny, abbé du Mont St Michel. 

L'absence de décomposition corporelle a tellement surpris que St Amadour entra dans des expressions populaires belges ou espagnoles, transmises jusqu'au XXe siècle. 


Mais un saint devant donner l'exemple, sa vie fut légendée de multiples façons. Elles sont toutes hypothétiques, puisque son histoire connue commence avec la découverte de son corps, demeuré intact jusqu'à sa destruction par le feu le 3 septembre 1562. 
La version la plus prudente(et la plus "raccord" (Note de votre serviteuravec le rationnalisme athée et la bienpensance historienne actuelle)le fait "ermite" comme nombre de premiers bâtisseurs chrétiens. La version la plus extraordinaire, mais vraie pour nombre de pèlerins passant là (Note de votre serviteur: et pour moi aussi!), révèle une seconde donnée déduite de son anatomie: petit de taille, il serait le publicain Zachée, converti par Jésus, serviteur de la Ste Famille, époux de Ste Véronique, et terminant ses jours en Quercy après une traversée de la Méditerranée. Cette voie, empruntée par St Jacques, a montré aux pèlerins qu'un voleur était devenu saint. Et il faut imaginer les nombreux "marcheurs de Dieu" qui, peut-être d'abord incrédules, voyaient, touchaient, faisaient brûler un cierge autour d'un corps intact (non remplacé par de la cire  Constatant cette préservation anormale, ils pouvaient avoir confiance en la maternelle écoute de la Vierge Marie de Rocamadour. 

Les reliques, pieusement recueillie après le brasier des pillards protestants, ont été analysées, et sont bien celles d'un homme. Mais elles ne sont plus exposées depuis 1968 (note de votre serviteur: merci Vatican d'eux!). 


Aujourd'hui, St Amadour est néanmoins un grand oublié, puisqu'aucune image de lui n'est montrée (seul existe un gisant en bois, sculpté au XIXe siècle, conservé au musée local)."

(Source Nominis.fr)